Catégorie : Actualités

22 juin 2020

BULLETIN UNION 93 – FIN JUIN 2020

 

Chers confrères, chers amis,

 

Le covid ouvre des nouvelles perspectives pour les professionnels et pas toutes sympathiques…
Les niveaux d’activité baissent, non pas du fait de la demande (qui reprend) mais des conditions imposées de la reprise (surtout pour les spécialistes en établissement de santé).

La situation dans le 93 est particulièrement significative (cf le constat du CTS*) dans la mesure ou les premières orientations du « Ségur » semblent totalement décalées avec nos préoccupations

  • Penser que les télé consultations vont être une solution aux inégalités de santé est absurde du fait de la situation dans le 93 (l’illectronisme, les zones blanches, les problèmes linguistiques), est l’obstacle insurmontable à ce que, en l’état actuel, ces systèmes (qui peuvent avoir un intérêt pour une partie de la patientèle et en EHPAD) permettent une amélioration de l’accés aux soins
  • Les établissements privés sont en situation très difficile, leur chiffre d’affaire au bloc s’effondre après avoir quasiment disparu pendant deux mois ! Les établissements autonomes vont être une proie pour les groupes financiers qui n’aiment pas plus que cela les professionnels. Les personnels notamment en réa, qui ont tout donné pendant le Covid se sentent abandonnés !
  • Certes les relations ville hôpital sont cruciales, mais on voit mal sauf à la mise en place d’un plan Marshall spécifique un changement fondamental de fonctionnement de ces relations. IL n’est pas sur que la création des CTPS change fondamentalement la donne .
  • Les chiffres de déficit de la Sécu (des dizaines de Milliards ?…) font craindre, avec les baisses de recettes prévisibles du fait de la crise économique qui se développe, que la médecine de ville soit la grande perdante des « négociations » en cours.

 

Un plan de secours avec une remontée de l’ONDAM de ville et des tarifs des consultations pour pallier aux conditions nouvelles et imposées de l’exercice serait la solution pour sauver la médecine de ville mais la probable pantalonade qui se profile au ministère de la santé rend cette hypothèse bien hypothétique. Ce qui se profile sera plutôt une hausse des charges administratives, des obligations drastiques pour la mise en place des CPTS, un soutien idéologique aux exercices salariés.

Mais 90 % des actes médicaux de ville sont réalisés par des libéraux !
Espèrent ils changer le système sans nous ?
Ils seront déçus !!

 

UNION 93 prépare son Assemblée Générale pour la rentrée
Si vous voulez participer à ces débats :
-contribuez à ce bulletin (cf infra)
-adhérez au syndicat majoritaire et unitaire du Département

 

Aidez nous, Aidez vous !

ADHÉREZ A UNION 93

                                                                                                                Le Président,

                                                                                             Dr T. GOMBEAUD

 

* CTS : Conseil Territoriale de Santé

** CPTS : Communauté Professionnelle Territoriale de Santé

 

Publié dans Actualités, Bulletins
15 juin 2020

BULLETIN UNION 93 – JUIN 2020

Chers amis chers confrères
Tout change et rien ne change ( pour l’instant…)

 

 

Le Ségur qui devrait modifier durablement les liens ville-hôpital avance sans que les recommandations et les demandes spécifiques des professionnels de ville ne soient (pour l’instant) prises en compte !

 

Nous avons l’habitude de ces négociations marathon qui aboutissent à des compromis plus ou moins acceptables… Cependant le COVID est passé par là !

L’épidémie a changé la donne

  • A l’hôpital les médecins ont, pendant cette période, « pris le pouvoir » sur les administratifs C’est cela qui a sauvé les meubles et la population ne s’y est pas trompée en les applaudissant chaque soir !
    Mais rassurez-vous les administratifs se réveillent ces jours-ci…
  • En ville la pression est forte pour nous imposer des obligations dont nous ne voulons pas
  • Si nous sommes d’accord, par exemple, pour participer aux sorties d’hôpital cela ne sera possible que s’il existe une transmission des informations qui soit cohérente et qui facilite notre accord qui doit être un élément pris en compte.
  • Les exemples de ce type sont multiples et concordants.
  • Cependant, seuls des syndicats puissants pourront imposer nos avis sur le « SEGUR » en cours et afin de retrouver la place qui revient aux médecins.

 

UNION 93 qui va regrouper à la rentrée le syndicat Avenir Spé nouvellement constitué et qui est largement unitaire et majoritaire dans le Département, fera son assemblée générale à la rentrée

Si vous voulez participer à ces débats et imposer la sauvegarde de nos métiers, il faut que vous adhériez à UNION 93

 

Aidez nous, Aidez vous !

ADHÉREZ A UNION 93

                                                                                                                Le Président,

                                                                                                           Dr T. GOMBEAUD

 

Union 93 regroupe les adhérents de la CSMF, du SML et ceux qui désirent adhérer spécifiquement à un syndicat départemental sans cotiser à une centrale Nationale
Ses responsables sont totalement bénévoles et ne disposent d’aucun avantage
Adhérez maintenant si vous désirez donner votre avis et participer à notre Assemblée Générale de la rentrée.

Publié dans Actualités, Bulletins
2 27 mai 2020

BULLETIN UNION 93 – FIN MAI 2020

SEGUR DE LA SANTE
AVEC OU SANS LES PROFESSIONNELS DE VILLE ???

 

 

Le drame absolu qui a été le fait de l’épidemie de SARS COV2 particulièrement dans le 93 a-t-il vraiment été analysé par les tutelles ???

 

Comment décrire en effet la gouvernance des tutelles dans cette histoire :

  •  Il n’y a pas de masques donc on n’en a pas besoin….
  •  Il n’y a plus de tests donc on peut s’en passer etc…

 

Au-delà même de ces erreurs passées qui ont conduit à des mensonges puis à des drames, la mise en place de ce « Ségur » se présente bien mal.

 

Refinancer l’hôpital c’est évidemment indispensable, le faire en conditionnant cette aide à des réformes structurelles leur imposant une rationalisation économique* c’est se mordre la queue et, à ma connaissance, cela fait mal..
Déclarer comme E Philippe que « les règles de gouvernance pendant la crise n’ont pas créé de difficultés et que les problèmes résultent de difficultés dans le mode de management » parait hors sol à la majorité des collègues qui se sont impliqués dans cette bataille en ville comme à l’hôpital.

 

Recréer un lien ville-hôpital en passant par la voie unique des CPTS, dont la structuration accélérée n’a littéralement aucun sens pour la majorité des professionnels de ville, qui voient bien que les libéraux n’ont que des chances réduites d’y avoir une influence déterminante**, nous parait être prioritaire mais va nécessite la participation de la totalité des professionnels. Par ailleurs, la disparition des attachés des hôpitaux a joué un rôle déterminant dans le fait que la seule porte entre la ville et l’hôpital reste celle des urgences !

 

Conclure enfin comme le fait Edouard PHILIPPE que « la crise exige de changer de rythme mais pas de changer de cap » *** nous laisse abasourdis !

 

Que reste-t-il comme objectif aux professionnels :
– Garder la confiance de nos patients et donc
– Limiter au maximum la surveillance électronique qu’on nous propose (avant de nous l’imposer) aux seuls cas qui représenteraient un danger majeur de santé publique
– Participer à ce débat en nous proposant des commentaires à nos bulletins
– Rejoindre UNION 93 pour être présent à l’Assemblée Générale prévue à la rentrée et peser localement sur l’application territoriale des mesures à venir

 

ADHÉREZ A UNION 93

 

 

                                                                                                               Le Président,

                                                                                                           Dr T. GOMBEAUD

 

* Accompagner les hôpitaux dans leur démarche de désendettement (E Philippe 25/5/20)

** UNION 93 invite cependant les confrères à y participer pour éviter d’être marginalisé à terme

*** Ouverture du Ségur de la santé

Publié dans Actualités, Bulletins
1 6 mai 2020

BULLETIN UNION 93 – MAI 2020

Les « largesses » de printemps de la CPAM

 

La CNAM a donc décidé de prendre en compte les difficultés de la prise en charge du COVID
Bien…. Mais l’analyse de cette proposition relativise cette offre
De quoi s’agit-il : je cite :

« Les médecins en charge du premier recours ( médecine de ville ou établissement de santé ) sont positionnés au cœur de la stratégie nationale de déconfinement : ils constitueront le 1er niveau du contact tracing, en assurant la prise en charge des cas suspects de COVID-19 et , en particulier , les actes nécessaires : prescription d’un test RT-PCR et des masques chirurgicaux, encadrement de la mesure d’isolement dont l’arrêt de travail le cas échéant, ainsi que l’identification a minima des personnes contacts du foyer du cas suspect et la délivrance des conduites à tenir.

A ce titre, le médecin assurera également l’évaluation de la situation du foyer du cas suspect dans un objectif de limitation des transmissions du virus au sein du foyer et l’identification des personnes vulnérables vis-à-vis du COVID 19.

Cette démarche d’identification des personnes contacts du cercle du foyer, qui s’appuiera sur des outils créés par l’Assurance Maladie qui seront disponibles à partir du 11 mai prochain, sera valorisée à hauteur 55€ en permettant la cotation : G + MIS »

Il s’agit donc bien d’une consultation longue comprenant la prise en charge classique d’une pathologie nouvelle, à laquelle s’ajoutera « à minima » :
– une étude de l’entourage des patients cible, de ses conditions de vie et de la délivrance des conduites à tenir pour le patient et ses proches….
– le Compte rendu et la transmission de ces informations (par canal sécurisé).
Ce type de consultation sera longue, complexe, elle mêlera médical et médico-social et durera probablement 30 ou 45 min au bas mot… auquel il faudra ajouter le temps du nettoyage de la salle et les précautions habituelles…..

S’y ajoutera, bien sur, le fait qu’on ne saura qu’après la consultation si le test est +.

Consultation doublée en recette mais triplée en temps passé !

Ce type de « cadeau » confirme le décalage total entre des professionnels qui ont tout donné depuis trois mois et une tutelle qui globalement, essaye de rattraper les erreurs et incompétences dont nous avons particulièrement souffert!

Par exemple, limiter l’inscription dans le fichier covid (qui accordera le 100% d’office) à ceux dont la PCR serait positive élimine 30% à 40% des patients et ne va pas améliorer l’extension de l’épidémie post confinement. Cela doit impérativement être modifié.
Passer du masque et kits qui seraient inutiles pour en venir aux masques et kits pour tous, poser des conditions inacceptables à la prise en charge complète de ces patients, témoigne de la réalité des risques des changements à venir du système de santé.

Les médecins ne laisseront pas gâcher l’arrêt du confinement mais ne se laisseront pas abuser par ce qui nous est présenté comme un effort de la caisse.

D’autant plus que vient d’être voté au Sénat un texte permettant la transmission de données médicales sans le consentement de patients covid !
Si vous voulez peser sur ces changements inacceptables, sachez que rien ne sera possible sans vous.

 

 Aidez-vous…

ADHÉREZ A UNION 93

 

 

                                                                                                               Le Président,

                                                                                                           Dr T. GOMBEAUD

 

Publié dans Actualités, Bulletins
22 avril 2020

BULLETIN UNION 93 – 15 AVRIL 2020

Machiavel et les princes qui nous gouvernent

 

Machiavel a fini sa vie à Florence pendant l’épidémie de peste en 1527.

Il décrit (presqu’en touriste) l’état de la cité  et de ses habitants, l’impuissance des maîtres de la ville à contrôler l’extension du drame, la fuite des élites en dehors de la ville.  Il va sans doute mourir de la peste quelques semaines plus tard.

Il résume en fait une situation qui, quoi que nettement plus dramatique que la nôtre, témoigne de la permanence des difficultés à gouverner en période de crise en l’occurrence sanitaire.

Moins de 10% de la population du pays a, selon l’institut Pasteur, été en contact avec le COVID (merci au confinement) mais par contre cela veut dire que la crise va se poursuivre que nous allons continuer de payer encore longtemps les choix (les non-choix?) faits en février et en mars derniers.

Le désarroi reste d’ailleurs entier au sommet de l’Etat (cf les discours croisés du Président et de son Premier ministre).

Par exemple, notre collègue Delfraissy président du Conseil Scientifique censé conseiller le Président, nous a bien expliqué qu’il ne voyait pas l’intérêt que ses petits enfants retournent à l’école le 11 Mai.

Il faut dire qu’ils n’habitent sans doute pas dans le 93 !

Nous n’avons donc pas fini de voir des patients infectés.

Aujourd’hui la priorité est clairement de protéger les professionnels : La fourniture au compte goutte des masques, la non fourniture de sur-blouse et de visières, constitue la cause du drame que vivent les professionnels dans ce Département. La mort  de collègues,  les séjours de une à quatre semaines à l’hôpital pour ceux qui s’en sont sortis, la situation dans les Ephad, sont la confirmation que « le meilleur système de santé du monde » détruit par trente ans de réformes à visée purement comptables était un mirage, un miroir aux alouettes pour enfants.

Pourtant face aux très probables attaques à venir contre notre mode de fonctionnement, la profession va être tenue à une vigilance continue.

 

UNION 93  appelle les professionnels de ville qui de leur côté n’ont rien à se reprocher

  • d’une part à poursuivre quand ils le peuvent une activité la plus normale possible
  • d’autre part à se préparer à une bataille syndicale qui sera ardue pour sauver notre système de santé

 

 

Les médecins ont été exemplaires dans ce désastre

Ils n’accepteront pas d’en payer le prix.

 

 

ADHÉREZ A UNION 93

 

 

                                                                                                               Le Président,

                                                                                                           Dr T. GOMBEAUD

 

Publié dans Actualités, Bulletins
3 16 avril 2020

BULLETIN UNION 93 – 15 AVRIL 2020

Chers amis, Chers Confrères,

 

Nous gagnerons, bien sur, cette bataille contre le covid !

Et cela se fera grâce à l’action de chacun d’entre nous…

Sortant moi même de 10 jours d’hospitalisation à Avicenne pour Covid, je puis témoigner que le dévouement et les compétences de nos collègues hospitaliers peuvent se comparer, sans problème, avec l’extraordinaire travail qu’assurent les libéraux en ville qui continuent (comme tous les soignants) à avoir une activité malgré les carences matérielles qui nous accablent (masques, lunettes etc…).

Les tutelles ne nous ont jamais vraiment aidé dans la prise en charge de nos patients et ont accentué la désertification des cabinets, cependant en partie compensée par l’organisation des téléconsultation.

Actuellement elles cherchent à établir des plannings de sortie d’hôpital en lien avec les médecins traitants.

Pourquoi pas, si les tutelles arrivent enfin à nous équiper en systèmes de protection !!

 

Par ailleurs la réouverture programmée des écoles et crèches mi mai,  semble scientifiquement pour le moins risquée et sa motivation semble surtout être de remettre au boulot les parents…

 

Tout cela semble peu réfléchi et sans reprendre toute l’histoire (dramatique) de la gestion du COVID en France, nous continuons de croire que nous sommes face à l’application d’un plan imaginé au jour le jour et d’un flou artistique bien risqué ….

 

Certes rien n’est facile dans cette affaire et nous ne prétendons pas avoir la solution universelle, mais les incohérences passées restent au passif de cette administration et ce sont les soignants qui payent le prix fort.

Nous n’avons d’ailleurs toujours pas le chiffre de nos confrères rendus malades dans le cadre de leur exercice, pas plus que le chiffre de ceux qui sont décédés !

 

Quelle honte pour nos tutelles de ne pas pouvoir (vouloir ?) nous donner ces chiffres actualisés !

 

En attendant, avant comme après les hospitalisations, tout repose sur les professionnels de ville.

 

 

Bon courage à tous

 

 

                                                                                                               Le Président,

                                                                                                           Dr T. GOMBEAUD

 

Publié dans Actualités, Bulletins