Mois : janvier 2018

31 janvier 2018

Proposition pour que la Démocratie sanitaire et sociale fonctionne à travers la mise en œuvre du PRS2

 

Rapport du groupe de travail usagers CTS93

 

Les professionnels et les pouvoirs politiques et administratifs ne peuvent pas seuls penser l’organisation du système de santé et définir le parcours de l’usager dans sa globalité sans demander à tous les acteurs de réfléchir ensemble à la complémentarité de leurs actions en amont et non plus de façon isolée et à posteriori.

 

 

Axe 1 – Promouvoir et améliorer l’organisation des parcours sur les territoires

1- Réponse aux besoins de la population mieux ciblée plus pertinente et efficiente

 

Proposition du groupe de travail

 

Afin d’appréhender les nouvelles réalités d’un système de santé en devenir, il est important pour les usagers d’avoir un éclairage et une nouvelle compréhension sur l’évolution de ce système et d’être accompagnés.

Tout changement se doit de recueillir le point de vue des utilisateurs afin d’améliorer celui-ci.

Nous proposons :

  • La création d’un observatoire de la démocratie sanitaire et sociale avec la capacité à centraliser et analyser l’ensemble des représentations d’usagers santé et médico social (statistiques du guichet unique, CDU, CVS, CLAN, Conseil de surveillance, Commission Qualité …)
  • Les données centralisées et généralisées devront être à disposition de tous et permettront de mettre en œuvre des actions communes et non plus sectorisées (myopathie, diabète, etc.)
  1. Centraliser les évaluations des établissements médico-sociaux et établir un top 10 par catégorie comme pratiqué dans le sanitaire
  2. Secteur médico-social : adapter aux nouveaux besoins en réallouant les moyens des structures qui ne répondent plus aux critères d’évolution (modèle santé : GHT bien que le celui-ci ne soit pas un modèle le plus bénéfique pour les usagers)
  • Une culture commune de la transversalité : la lutte contre les inégalités passe obligatoirement par l’exercice des droits des usagers et une plus grande lisibilité des dispositifs
  • D’élaborer des processus de consultation des usagers /citoyens permettant d’avoir des débats publics ;
  • Des enquêtes de terrain et de satisfaction permettant de recueillir les retours d’expériences, des pistes d’amélioration etc.

(S’appuyer sur les fédérations existantes (maison de santé, création d’une fédération des CLS ? etc.)

Associer les usagers : citoyens dès l’élaboration des cahiers des charges des appels à projets

  • De simplifier les outils numériques et unifier pour éviter les pertes et la dispersion d’information ex : santé.fr ; AMELI, HAS etc.
  • Création des points d’accueil numériques généralisés dans les lieux de soins ou d’information, (pharmacie ?)

 

AXE 4 – Permettre à chaque francilien d’être acteur de la santé et des politiques sanitaires

 

 

Toute action de santé publique deviendra légitime dès qu’un consensus s’établira avec les usagers sur les actions à mettre en œuvre et permettront de modifier les comportements

 

Innovation en santé

 

Ouvrir un volet innovation en santé à destination des professionnels de terrain et usagers. Des concours d’innovation ouverts à tous permettent de:

  • Accueillir des solutions innovantes pour la qualité des soins, le parcours de soins, la communication entre professionnels et usagers, maitriser les couts…
  • Développer les liens entre les différentes professions et partager un regard bienveillant d’une activité sur une autre
  • Créer une dynamique et un intérêt au sein des populations sur la santé

 

Le virage ambulatoire

 

Il ne peut se faire que si l’on tient compte de l’échelle locale et territoriale, fondé sur la transversalité, l’échange entre les professionnels acteurs de terrain et les usagers

  • Mettre en application la fiche de sortie (check List/définissant le parcours de soins en sortie)
  • Protocole de suivi post opératoire accessible à tous
    • permettant de vérifier que toutes les conditions extérieures soient réunies pour la sortie du patient développant ainsi un maillage réseau à partir de l’hôpital  (infirmier, conditions logement, aidant etc.)
    • permettant de sécuriser la sortie mais également un retour de satisfaction des usagers et une analyse des besoins manquants-
    • permettant de conjuguer la satisfaction des patients – usagers avec une gestion de qualité de nos ressources
    • Définir une politique des aidants et développer des pôles ressources nécessaires

 

 

Publié dans CTS
30 janvier 2018

DPC 2018 : Les formations proposées

 

Cher Confrère,

Union FMC 93, organisme de FMC, vous propose ses DPC :

 

Le 24 Mars 2018 : Le bon usage de l’imagerie médicale.

L’imagerie est un outil souvent utile, parfois indispensable, mais parfois aussi inutile et dangereux. A cet égard, la radioprotection des patients est une obligation légale. Un examen n’est utile que s’il est susceptible de modifier la prise en charge du patient. La multiplication des examens peut-être dangereuse.

A impact clinique identique, il convient de privilégier les techniques non irradiantes. La pertinence des stratégies médicales est une caractéristique essentielle du bon exercice de la médecine.

A l’issue de la formation les participants seront capables de :

– Utiliser le guide du bon usage des examens d’imagerie médicale pour choisir l’examen
– Le plus adapté à la pathologie du patient
– Le moins irradiant
– Présentant le meilleur rapport coût / efficacité
– Donner les infos cliniques indispensables sur le patient au radiologue.

 

Le 1er Juin 2018 : Le Bon Usage des Examens Biologiques

Cette formation destinée à tous les médecins vise à adapter la prescription selon les recommandations
des sociétés savantes en fonction de la pathologie présentée et/ou recherchée de façon à :

• Éviter les prescriptions inutiles
• Être exhaustif selon la pathologie présentée en n’oubliant pas un examen incontournable
• Savoir interpréter les résultats
• Pouvoir surveiller une pathologie identifiée
• Réaliser une mise à niveau

A l’issue de la formation, chaque stagiaire devra avoir intégré l’importance du dialogue clinico-biologique et actualisé les recommandations des sociétés savantes concernant les onze mises au point biologiques.

• Mettre en lumière la nécessité et l’importance du dialogue clinico-biologique
• Actualiser la conduite à tenir devant chacun des onze bilans biologiques étudiés
• Améliorer de façon importante les comportements et les pratiques

 

Le 22 Juin 2018 : Le bon usage des antibiotiques : Vaincre l’antibiorésistance !

Après une baisse significative de la consommation d’antibiotiques entre 1999 et 2004, cette dernière est repartie à la hausse depuis 2005.
Parallèlement le nombre de substances actives antibiotiques disponibles diminue en raison de la non-apparition de nouvelles molécules (baisse de 18% du nombre de molécules entre 2000 et 2012).
L’émergence de la résistance aux antibiotiques est un problème de santé publique majeure depuis ces 20 dernières années. La situation est particulièrement préoccupante pour les entérobactéries avec l’émergence de souches productives de bêta-lactamases à spectre étendu, favorisée par l’utilisation d’antibiotiques à large spectre.
Le CDC (Center for Disease Control and Prevention) et l’ECDC (centre européen pour la prévention et le contrôle des maladies) rapportent plus de 20 000 morts par an liés à cette résistance.

En France les antibiotiques font partie des médicaments les plus prescrits, particulièrement chez les enfants (2 à 3 fois plus que pour les adultes).
De plus sur le long terme les modifications des microbiotes sont susceptibles d’augmenter le risque d’atopie et de maladies inflammatoires du tube digestif.
Le problème majeur reste l’impact des antibiotiques sur les résistances bactériennes. Cette résistance impose de réduire de façon massive les prescriptions d’antibiotiques :
– En limitant leur utilisation aux situations où ils ont fait la preuve de leur efficacité
– En réduisant au maximum l’incertitude diagnostique à l’aide d’une analyse clinique rigoureuse systématique et l’utilisation de tests de diagnostic rapide (CRP, bandelette urinaire, streptotes

t, VRS……)
– En évitant d’utiliser les classes d’antibiotiques les plus sélectionnantes des bactéries multi-résistantes au sein de la flore fécale
– En diminuant l’utilisation des céphalosporines (et des quinolones) au profit de l’amoxicilline afin de freiner l’augmentation des BLSE.

 

Pour vous inscrire :

 

  • Le bon usage de l’imagerie médicale

Samedi 24 Mars 2018, Journée 9H00-17H30

Adresse : 2 Rue Adèle – 93250 Villemomble

Expert(s) :
– Dr Florence LAIR – Radiodiagnostic et imagerie médicale à Paris (75)

Organisateur(s) :
– Dr Guislain RUELLAND – Médecin généraliste à Livry Gargan (93)

Médecins Généralistes

Référence action : 14221800002 – Session N°3

Lien internet : http://www.evolutisdpc.fr/seminaires/6237-le-bon-usage-de-l-imagerie-medicale

Coût du programme ANDPC : 980 €         Indemnisation médecin : 315 €

 

  • Le Bon Usage des Examens Biologiques

Vendredi 1er Juin 2018 – Journée 9H00-17H30

Adresse : 2 Rue Adèle – 93250 Villemomble

Organisateur(s) :
– Dr Guislain RUELLAND – Médecin généraliste à Livry Gargan (93)

Toutes spécialités

Référence action : 11871800013  – Session N°2

Lien internet : http://www.evolutisdpc.fr/seminaires/6223-bon-usage-des-examens-biologiques

Coût du programme ANDPC : 980 €         Indemnisation médecin : 315 €

 

  • Le bon usage des antibiotiques : Vaincre l’antibiorésistance!

Vendredi 22 Juin 2018 – Journée 9H00-17H30

Adresse : 2 Rue Adèle – 93250 Villemomble

Expert(s) : 
– Dr Raouf GHOZZI – Médecine Interne à Toulouse (31)

Organisateur(s) :
– Dr Guislain RUELLAND – Médecin généraliste à Livry Gargan (93)

Toutes spécialités

Référence action : 14221800005  – Session N°2

Lien internethttp://www.evolutisdpc.fr/seminaires/6236-le-bon-usage-des-antibiotiques-vaincre-l-antibioresistance

Coût du programme ANDPC : 980 €         Indemnisation médecin : 315 €

 

Modalités d’inscription aux programmes DPC :

  1. Vous connecter à votre espace personnel sur le site www.mondpc.fr à l’aide de votre identifiant et votre mot de passe*
  2. Indiquer la Référence Action communiquée ci-dessus, dans la rubrique « Recherche actions » et cliquer sur « Rechercher »
  3. Cliquer sur Détail Action de DPC en haut à droite de la page
  4. Descendre en bas de page et cliquer sur le bouton « S’inscrire » à la session correspondante.
  5. Cliquer sur « Valider« 

 

Dès cette démarche réalisée, vous serez PRE-inscrit et recevrez un message de notre organisme de formation vous invitant à compléter votre dossier d’inscription (feuille de soins barrée, chèque d’adhésion de 30€ et chèque de caution de 230€ à l’ordre de notre association ACFM ou FORMUNOF).

Une fois l’action confirmée, vous recevez, par email, une convocation contenant notamment les horaires et le programme détaillé.

A l’issue de cette action de formation, une attestation de participation DPC ainsi qu’une facture d’adhésion vous seront adressées.

 

 

Vous pouvez également consulter le programme de nos formations FMC :

Formation FMC 2018

 

29 janvier 2018

Position du CTS concernant la transformation de l’hôpital Jean Verdier

Le CTS 93 a pris connaissance de la nouvelle étape de la « modernisation » de l’hôpital public et de l’APHP dans l’est parisien.

L’hôpital Jean Verdier devrait voir disparaître ses lits d’hospitalisation pour être transformé en super centre de santé (15 consultations de spécialités médicales et chirurgicales ainsi que le transfert du CMS de Bondy (pour les médecins généralistes) qui serait intégré ou positionné devant l’ancien hôpital.

Le pôle mère-enfants (objet de financements considérables ces dernières années) serait transféré sur Avicenne…

Les urgences qui seront maintenues sur le site ne disposeront pas de lits d’aval spécialisés mais d’un « service de médecine » dont on peut craindre qu’il serve de file d’attente pour une hospitalisation plus spécialisée qui se fera, quand cela sera possible et là où cela sera possible …

 

Le plateau technique sera maintenu et ouvert de façon « préférentielle » aux Bondynois.

 

Après avoir reçu longuement sur ce sujet les représentants du Groupement Hospitalier Universitaire, le CTS dans lequel les avis restent partagés sur cette évolution s’étonne d’un certain nombre d’éléments :

 

1/ Le choix économique qui prévaut manifestement dans cette opération et qui semble théoriquement cohérent dans le contexte actuel de diminution de l’offre d’hospitalisation classique de soins semble avoir été fait sans étude d’impact sur l’offre territoriale de soins en général.

 

2/ On peut se poser la question de savoir quelle structure médicale quelque soit son mode de fonctionnement pourrait envisager une installation ou une succession dans le cadre de cette commune voire au delà sur les communes de proximité ??

Il reste 70 praticiens libéraux à Bondy dont une vingtaine de spécialistes (la quasi totalité exerçant en secteur I). La difficulté pour ces professionnels de mettre en place une association ou une succession risque dans ces conditions de devenir insurmontable.

Le centre municipal de santé ne pourra assumer une offre de soins de premier recours suffisante pour pallier cette désertification programmée.

Cette opération risque ainsi d’entraîner une difficulté majorée d’accès aux soins pour le territoire qui ne pourra pas être compensée par la création de six ou sept consultations supplémentaires de l’hôpital notamment au regard des spécialités concernées.

3/Par ailleurs concernant l’accès à l’hôpital, les perspectives financières qui seraient nécessaires afin d’assurer une transition cohérente entre les différents hôpitaux du Département, ne semblent absolument pas garanties.  Il semblerait même que les budgets accordés récemment ne seraient destinés essentiellement qu’à prolonger la durée de vie des services que l’hôpital Avicenne sera bien incapable d’absorber. Il faut rappeler le transfert du service de cancérologie en 2012, de la stérilisation en 2013, de la chirurgie digestive en 2015 de la stomatologie en 2016… Il s’agit donc bien d’une opération de longue haleine qui fait suite à la disparition progressive de certains hôpitaux de l’APHP ainsi que de nombreux établissements privés…

Le Conseil Territorial de Santé s’inquiète de cette évolution marquée par la poursuite de la concentration hospitalière.

Il regrette le caractère tardif de la concertation et sera attentif au risque de désertification accrue que ce projet porte en lui.

Il reste désireux de participer à l’évolution en cours des structures hospitalières et souhaite la participation de tous les professionnels concernés ainsi que des représentants des usagers et des élus à toute initiative concernant ce sujet.

 

 

 

Publié dans CTS
11 janvier 2018

Bulletin Janvier 2018

 

Tout d’abord : bonne année à tous !

Même si les événements vont se succéder à grande vitesse en Seine Saint Denis en 2018 :

  • Disparition des services d’hospitalisation de J Verdier (cf quand Martin H organise la désertification )
  • Réorganisation du « GHTest » (regroupement envisagé des hôpitaux R Ballanger et Monfermeil (sans que Montreuil ait été mis initialement dans la confidence d’après nos informations !!)
  • Application du zonage des aides à l’installation (cf au fou,au fou l’agent) l’arrêté le mettant en place laisse cependant, après la bataille menée par l’ensemble des syndicats professionnels, un espace de liberté aux ARS pour en limiter l’effet *

*Il s’agit là d’ailleurs, de la preuve que des syndicats puissants peuvent limiter les dégâts provoqués par des fonctionnaires, peut être compétents mais bien éloignés du terrain.

 

  • Mais surtout mise en place du PRSII qui va profondément modifier la géographie sanitaire du Département

a/ regroupements hospitaliers (publics comme privés) en utilisant l’arme de destruction massive des autorisations d’activité, qui par exemple en matière de prise en charge du cancer vont baisser de 20% dans des délais très courts : Comment vont vivre nos chirurgiens ?

b/ accentuation de la pression sur les professionnels  afin de limiter les coûts induits) entraînant une aggravation prévisible des sanctions sur les médecins

 

c/ mise en place accélérée du virage ambulatoire (auquel nous sommes bien entendu favorables) mais qui devrait s’accompagner de la mise en place préalable d’un soutien actif aux professionnels de terrain ce qui est loin d’être le cas à ce jour ** (cf Virage ambulatoire en Seine Saint Denis : Quel impact ?)

 

Sur tous ces sujets le travail d’UNION 93 en lien avec le CTS a permis de proposer des modifications à ce PRS II***.

 

Tout ce travail va nécessiter la poursuite des activités d’UNION 93 et le renforcement du syndicat pour l’année qui débute

L’adhésion à UNION 93 est indispensable si vous désirez garder une source d’information précise sur ce qui se passe dans notre Département et agir afin de sauvegarder les principes fondamentaux de notre exercice

 

Adherez dés aujourdhui pour l’année 2018

 

 

                                                                                                               Le Président,

 

                                                                                                           Dr T. GOMBEAUD

 

 

**Une PTA (Plate forme Territoriale d’Appui)gérée par les professionnels est en phase de constitution pour 6 communes du 93

2 janvier 2018

Cher Confrère,

 

Union FMC 93, organisme de FMC, vous propose les soirées du jeudi, qui se tiendront à la

 

DOMUS MEDICA

2 rue Adèle à VILLEMOMBLE

20 H 45

 

Les thèmes retenus sont :

11 janvierPrise en charge de la BPCO en 2018
08 févrierBientraitance / Maltraitance du patient en médecine de ville
15 mars11 Vaccins de Mme BUZIN : What Else ?
12 avrilQuelle attitude pratiquer à la découverte d’un syndrome inflammatoire ? Lecture de l’électrophorèse des protéines
17 maiLe point sur la prise en charge de vertiges
14 juinMaladie rénales chroniques (reins et iatrogénies) de plus en plus fréquents avec le vieillissement de nos patients.
13 septembreComment améliorer le syndrome génitaux-urinaire de la ménopause ? (Incontinence urinaire, Prise en charge médicale.
11 octobreLa rétinopathie diabétique
08 novembreQuelle attitude avoir devant un enfant qui explose sa courbe de poids.
13 décembreLe point sur la biothérapie dans la prise en charge des maladies rhumatologiques

 

Vous pouvez vous inscrire auprès de notre secrétariat pour les soirées qui vous intéressent.

Attention : Ce programme est susceptible d’être modifié, tous les intervenants n’ayant pas fait connaitre leurs disponibilités, au jour de cet envoi.

 

Compte tenu des frais inhérents à ce type d’organisation (restauration comprise), nous vous demandons une participation, cette somme étant déductible au niveau de vos frais.

 

Adhérent Union 93 : 35 € par soirée ou de 300 € pour la totalité des 10 soirées

 

Non adhérent Union 93 : 38 € par soirée ou de 330 € pour la totalité des 10 soirées

 

Je vous prie de croire, Cher Confrère, à l’assurance de mes confraternelles salutations.

 

 

Le Président,

Dr G. RUELLAND

 

Bulletin inscription soirée 2018