Archives : Rooms

9 novembre 2020

Les aides financières pour les professionnels de santé

Pour accompagner les professionnels impactés par la crise sanitaire actuelle, différents dispositifs d’aide financière ont été mis en place par l’État, les organismes professionnels et les acteurs bancaires. Tour d’horizon non exhaustif.

Les mesures de soutien spécifiques aux professionnels de santé

Les aides de l’Assurance maladie (CPAM) pour les libéraux en perte d’activité

La CNAM (Caisse nationale d’assurance maladie) continue de prendre en charge, dans certains cas et de manière dérogatoire, les indemnités journalières des professionnels de santé libéraux ayant dû interrompre leur activité professionnelle. Elle le fait en alignant les modalités sur celles appliquées aux salariés et travailleurs indépendants. Ces indemnités sont d’un montant journalier de 72 € pour les professions paramédicales et 112 € pour les pharmaciens et professions médicales.

La procédure à suivre varie selon la situation amenant le professionnel de santé à interrompre son activité professionnelle.
Sont concernés :

  • les professionnels de santé dont le diagnostic d’infection à Covid-19 a été posé cliniquement ou biologiquement
  • les professionnels de santé en arrêt pour garde d’enfants
  • les professionnels de santé vulnérables (selon des critères qui ont évolué au 1er septembre 2020)

Pour plus de détails, > Covid-19 : le point sur la prise en charge des IJ des professionnels de santé libéraux

 

Pour rappel, le ministère de la Santé a mis en oeuvre une aide financière destinée à compenser les charges de fonctionnement des professionnels de santé libéraux conventionnés dont l’activité s’est effondrée en raison du confinement.  Jusqu’au 31 juillet 2020,  il était possible de saisir sur le portail AmeliPro une demande d’avance au titre de l’indemnisation de perte d’activité.

>  En savoir plus sur la compensation de la perte d’activité par Ameli

 

Les mesures des caisses de retraite des professions de santé

Depuis le début de la crise sanitaire, la  CARMF a mis en place d’importantes mesures d’aide aux médecins cotisants :

  • le report sur 2021 de trois mois de prélèvements de cotisations (avril, mai et juin) ;
  • la suspension du calcul des majorations de retard et des procédures d’exécution en cours ;
  • la prise en charge des médecins pendant toute la durée de l’interruption d’activité liée au Covid-19, et ce dès le premier jour d’arrêt de travail ;
  • la prise en charge aussi bien des médecins libéraux malades du coronavirus, que des médecins en situation fragile (grossesse, pathologies à risque) ;
  • le versement d’une aide variant de 67,54 € à 135,08 € par jour selon la classe de cotisation applicable, s’ajoutant aux 112 € versés par l’Assurance maladie.

Le Conseil d’administration de la CARMF a également décidé, lors de ses réunions du 15 mai et 20 juin 2020, l’octroi d’une aide aux cotisants, nette d’impôt et de charges, dont le montant peut atteindre plus de 2 000 € :  500 € sur le régime complémentaire ; 876 € (50 % de la cotisation forfaitaire) sur l’ASV ; 631 € (cotisation de la classe A) sur le régime invalidité-décès.

Cette mesure vient en diminution des sommes restant dues au titre des cotisations 2020, sans réduction des droits à retraite pour les cotisants actifs non retraités.

> Voir le communiqué de la CARMF

Entraide ordinale

Dans un communiqué du 19 mai 2020, le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) annonce allouer une enveloppe supplémentaire de 4 millions d’euros à l’entraide ordinale pour soutenir les médecins. Le CNOM invite tout médecin qui ferait face à des difficultés liées à la pandémie à se rapprocher de la commission nationale d’entraide, en téléchargeant un dossier d’entraide.

 

Une prime exceptionnelle pour les personnels hospitaliers

Afin de reconnaître pleinement la mobilisation des agents du système de santé publique, une prime exceptionnelle est attribuée à l’ensemble des professionnels des établissements publics de santé, des hôpitaux des armées et de l’Institution nationale des Invalides quelle que soit leur filière professionnelle et quel que soit leur statut.

Le montant de la prime s’élève à :

  • 1 500 euros pour les professionnels des établissements situés dans les départements les plus touchés par l’épidémie, ceux impliqués dans la lutte contre le Covid-19 dans un certain nombre d’établissements du reste du territoire et ceux relevant du ministère des armées et de l’Institution nationale des invalides
  • 500 euros pour ceux des établissements des autres départements.

 

Les mesures générales accessibles aux professionnels de santé

Un fonds de solidarité national pour compenser la baisse de chiffre d’affaires

Pour aider les professionnels frappés par la crise du Covid-19 (TPE, indépendants, micro-entrepreneurs), l’État et les régions ont mis en place un fonds de solidarité dédié.

Qui est concerné par le fonds de solidarité national ?

Sont éligibles à cette aide exceptionnelle toutes les structures ayant un effectif inférieur ou égal à 10 salariés, ayant débuté leur activité avant le 1er février 2020 (sans avoir déclaré de cessation de paiement avant le 1er mars 2020) et réalisé, sur le dernier exercice, un CA de moins de 1 million d’euros ainsi qu’un bénéfice imposable inférieur à 60 000 € et qui :

  • subissent une interdiction d’accueil du public selon l’article 8 du décret du 23 mars 2020 (fermeture administrative)

OU

  • Pour l’aide versée au titre du mois de mars : qui connaissent une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50 % au mois de mars 2020 par rapport au mois de mars 2019 ;
  • Pour l’aide versée au titre du mois d’avril : qui connaissent une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50 % au mois d’avril 2020 par rapport au mois d’avril 2019 ou au chiffre d’affaires mensuel moyen sur 2019.

Fonds de solidarité Covid-19 : quel est le montant de l’aide accordée ?

L’aide pouvant être accordée dans le cadre du fonds de solidarité correspond à la perte déclarée de chiffre d’affaires pour les mois de mars et d’avril 2020, dans la limite de 1 500€ pour chacun des deux mois.

Fonds de solidarité Covid-19 : un 2e volet de 2000 € à 5 000€ pour les situations les plus difficiles

Pour les situations les plus difficiles, un soutien complémentaire d’un montant de 2000 à 5 000 € pourra être octroyé aux entreprises qui :

  • ont bénéficié du premier volet du fonds (les 1 500 € ou moins)
  • emploient, au 1er mars 2020, au moins un salarié en contrat à durée indéterminée ou déterminée
  • se trouvent dans l’impossibilité de régler leurs dettes exigibles dans les trente jours et le montant de leurs charges fixes, y compris les loyers commerciaux ou professionnels, dues au titre des mois de mars et avril 2020
  • ont vu leur demande d’un prêt de trésorerie faite depuis le 1er mars 2020, auprès d’une banque dont elles étaient clientes à cette date, refusée ou restée sans réponse passé un délai de dix jours.

Quelles sont les démarches à effectuer pour bénéficier du fonds de solidarité ?

Pour le principal dispositif d’aide (1 500€ maximum au titre du mois de mars et 1 500€ maximum au titre du mois d’avril), vous devez faire votre demande avant le 31 juillet 2020 via le portail impots.gouv.fr, en fournissant vos identifiants, un relevé d’identité bancaire, votre chiffre d’affaires, le montant de l’aide demandée ainsi qu’une déclaration sur l’honneur.

Pour bénéficier de l’aide complémentaire, adressez-vous aux services de la région dans laquelle vous exercez votre activité.

Une aide au maintien de l’emploi et à l’organisation du travail

En qualité d’employeur confronté à une baisse de l’activité, les mesures visant à organiser le travail à temps partiel, ou le chômage technique, ont été allégées. En pratique : la documentation est accessible sur le site de la Direction générale des finances publiques.

> Lire aussi : Activité partielle et covid-19 : le point sur les dernières actualités

Banques et crédits : les aides pour préserver la trésorerie de votre structure professionnelle

Bpifrance : un plan d’urgence pour accompagner les professionnels et les très petites entreprises

Face à la crise du coronavirus, Bpifrance a récemment lancé un plan d’urgence doté de plusieurs volets complémentaires. Ainsi, la banque publique d’investissement propose notamment de garantir à hauteur de 90% les emprunts (d’une durée pouvant aller de 3 à 7 ans) contractés auprès des établissements bancaires privées pour répondre aux difficultés actuelles. En outre, Bpifrance offre aux professionnels impactés par la crise du Covid-19 la possibilité de bénéficier d’un prêt sans garanties, d’un montant compris entre 10 000 et 5 millions d’euros, et ce sur une durée allant de 3 à 5 ans.

Enfin, au regard du contexte de crise actuel, Bpifrance propose à ses clients de réaménager, sur demande, les crédits (moyen et long terme) déjà contractés.

Et en pratique ?
Pour obtenir l’aide de Bpifrance, appelez gratuitement le 09 69 37 02 40 ou rendez-vous sur bpifrance.fr pour formuler votre demande en ligne.

Le secteur bancaire : aider les professionnels à traverser la crise

Afin de permettre aux professionnels de surmonter les difficultés de trésorerie dues à la crise du coronavirus, la Fédération française des banques s’est récemment engagée, au nom de ses adhérents, à mettre en place des mesures exceptionnelles. Plusieurs actions concrètes ont ainsi été enclenchées par les établissements bancaires, telles que des procédures accélérées d’instruction de crédit pour les situations de trésorerie tendues (le délai étant réduit à 5 jours), le report jusqu’à 6 mois des remboursements de crédits contractés par les professionnels ou encore la suppression des pénalités et des coûts additionnels de reports d’échéances et de crédits.

Le médiateur du crédit : négocier rapidement un plan de rééchelonnement

Si votre structure professionnelle rencontre des difficultés de trésorerie à cause de la crise sanitaire, sachez que le dispositif de médiation du crédit pourra vous aider à négocier rapidement un plan de rééchelonnement de vos échéances.

A noter
Face à la crise du Covid-19, une procédure spéciale a été mise en place, permettant aux professionnels concernés de saisir plus rapidement le médiateur du crédit.

Une subvention pour aider les TPE et PME à prévenir le Covid-19 au travail

Pour aider les entreprises de moins de 50 salariés et les travailleurs indépendants à prévenir la transmission du Covid-19 au travail, l’Assurance Maladie – Risques professionnels propose la subvention « Prévention COVID ». Cette subvention s’adresse aux personnes ayant investi dans du matériel de distanciation physique (guides, vitres en plexiglas, support ou écrans d’affichage…) ou d’installations permanentes ou temporaires pour répondre aux mesures d’hygiène (WC, douches, lavabos…), d’au moins 1000 € HT pour les entreprises avec salariés et 500 € HT pour les travailleurs sans salariés. Elle peut atteindre jusqu’à 50% de l’investissement.

> En savoir plus

Echéances Urssaf

Afin de tenir compte de l’impact de l’épidémie sur l’activité économique, le réseau des Urssaf a déclenché des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises présentant de sérieuses difficultés de trésorerie.

Dans le cadre de la reprise de l’activité économique, le report des cotisations n’est plus possible. Toutefois, si l’entreprise n’est pas en mesure de payer les cotisations exigibles, pour cause de manque de trésorerie ou de fermeture, une solution adaptée peut être proposée.

> En savoir plus sur les échéances Urssaf

Exonération d’impôts sur le revenu : hausse du plafond des heures supplémentaires

La deuxième loi de finances rectificative pour 2020 a porté de 5 000 € à 7500 € la limite d’exonération d’impôts sur le revenu en cas d’heures supplémentaires effectuées entre le 16 mars 2020 et la fin de l’état d’urgence sanitaire lié à l’épidémie de coronavirus Covid-19. Ce dispositif concerne l’ensemble des salariés du secteur privé, les agents de la fonction publique (titulaires ou non) et les salariés relevant des régimes spéciaux.

Liens utiles

Fédérations et syndicats professionnels

Pour aider aux démarches, les ordres professionnels et les fédérations et syndicats professionnels mettent à disposition sur des pages d’actualité dédiées à la crise actuelle de leurs cotisants des liens et des informations pratiques constamment mis à jour.

En voici un certain nombre, parmi d’autres :

  • Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM)

https://www.conseil-national.medecin.fr/publications/actualites/coronavirus-informations-actualisees-quotidiennement

  • FNMR (radiologues)

https://www.fnmr.org/

Caisses de retraite

http://www.carmf.fr/default.php

http://www.carmf.fr/page.php?page=actualites/divers/2020/faq-covid-19.htm

Autres liens utiles

  • Assurance maladie (Ameli)

https://www.ameli.fr/entreprise/covid-19/ou-trouver-des-informations

  • Bpifrance

https://bpifrance-creation.fr/entrepreneur/actualites

  • Gouvernement

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

  • Impôts

https://www.impots.gouv.fr/portail/

  • Ministère du Travail

https://www.economie.gouv.fr/covid19-soutien-entreprises

https://travail-emploi.gouv.fr/actualites/presse/communiques-de-presse/article/covid-19-les-dispositifs-d-aides-publiques-ouverts-aux-professionnels-liberaux

https://travail-emploi.gouv.fr/le-ministere-en-action/coronavirus-covid-19/questions-reponses-par-theme/

  • Service-public.fr

https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13995

  • Urssaf 

https://mesures-covid19.urssaf.fr/faq

 

9 novembre 2020

UNION 93 regroupe sur ce Département la CSMF, le SML et AVENIR SPE, toutes spécialités confondues y compris bien sûr, la médecine générale. UNION 93 a vocation à représenter la totalité des professionnels du Département. UNION 93 parvient à rassembler et coordonner des opinions diverses au niveau Départemental en assimilant la diversité des exercices en Seine Saint-Denis.

BULLETIN UNION 93 – NOVEMBRE 2020

 

Chers confrères chers amis

L’épidémie s’installe donc dans la durée !

Il est, bien sûr, inutile de critiquer les décisions des tutelles qui imposent désormais un nouveau confinement qui fait consensus parmi les médecins même si cette décision est le résultat des erreurs passées* mais surtout de la nature même du problème qui nous ramène obligatoirement et sur toute la planète, à des solutions extrêmement difficiles à supporter pour la population comme pour les professionnels.

Pourtant un certain nombre d’éléments inquiétants apparaissent au grand jour à l’occasion de ce drame sanitaire

  • La relation ville hôpital est très malade : L’expérience de la première vague que nous avions longuement détaillée dans les bulletins du printemps dernier n’a pas été suivie de leçon. Par exemple si la mise en place des « COVISAN » et « COVIDOM » (qui sont en cours de réactivation dans l’urgence) est à l’évidence positive, si les réunions que nous tenons au quotidien avec les tutelles départementales ou régionales constituent des avancées, si nous rencontrons les directions et les médecins des hôpitaux du 93 pour la mise en place fluides des sorties d’hôpital, il reste que le fond de cette question de lien ville/hôpital est loin d’être résolu :
  • Qu’en est-il du développement du système informatique commun type terr-e-santé ?
  • Comment résoudre en même temps les entrées comme les sorties afin de limiter le passage aux urgences dans un contexte de limitation du nombre de lits qui se poursuit de façon inexorable ?
  • Comment accepter les déprogrammations chirurgicales qui représentent un risque sanitaire tout aussi majeur ?
  • Comment accepter que les établissements privés soient encore aujourd’hui considérés comme la cinquième roue du carrosse et servent de variable d’ajustement aux difficultés hospitalières ?
  • Tous ces éléments sont encore en jachère, remis au goût du jour par les autorités dans ce contexte catastrophique.
  • Comment la médecine de ville peut-elle supporter, avec une aide individuelle qui reste insuffisante, l’afflux de la demande covid et non covid ** (L’exemple des tests sérologiques et de leur financement est, à elle seule, significative) chronophage et nécessitant des contraintes.

 

Ces questions sont en suspend…

Les syndicats médicaux vont jouer un rôle important dans la réforme du système de santé qui s’annonce….

UNION 93, syndicat majoritaire dans le Département aura son rôle à jouer!

ADHÉREZ A UNION 93

                                                                                                                Le Président,

                                                                                             Dr T. GOMBEAUD

 

 

*Les conséquences de l’épidémie sont très inégales selon les différents pays Européens

** cf le résumé du document rédigé par la MACSF qui rassemble les différentes aides disponibles (lien vers l’article UNION 93)

Publié dans Actualités
1 9 novembre 2020

Hommage au Dr Bernard FARCILLI

 

Nous avons appris avec beaucoup d’émotion le décès de Bernard FARCILLI, survenu le 25 octobre 2020 à l’âge de 71 ans.

Titulaire d’un CES de pneumologie, attaché en Pneumologie au CHI Le Raincy Montfermeil, il a exercé la médecine générale à Livry Gargan de 1978 à 2016, date à laquelle il est parti près de Béziers poursuivre ses activités en tant que médecin retraité actif.

Président d’UNION 93 pendant 6 ans, Syndicaliste membre de la CSMF, il a fondé avec Michel CHASSANG la branche généraliste l’UNOF en 1984. Il a été membre de l’URML puis de l’URPS Île de France. Membre du Conseil Départemental de l’Ordre de Seine Saint Denis, il a été élu sans discontinuité depuis 1989.

Ainsi, Bernard FARCIILLI aura partagé sa vie entre sa passion pour son métier et son engagement syndical. Pour lui, l’un n’allait pas sans l’autre et son dévouement inlassable auprès de ses patients aura démontré que l’humain passait avant toute autre considération.

 

Dr Guislain RUELLAND
Dr Patrice FOURNIER

 

 

 

 

Dr Bernard FARCILLI

(2014)

 

 

 

 

Manifestation du 11 Juin 1991

De droite à gauche Dr DUSSART, Dr BOURGUIGNON, Dr FARCILLI, Dr FAUCONNIER, Dr SIAVELLIS

 

 

 

 

 

Dr FARCILLI lors d’une manifestation en Mars 2002

Publié dans Actualités
1 30 septembre 2020

UNION 93 regroupe sur ce Département la CSMF, le SML et AVENIR SPE, toutes spécialités confondues y compris bien sûr, la médecine générale. UNION 93 a vocation à représenter la totalité des professionnels du Département. UNION 93 parvient à rassembler et coordonner des opinions diverses au niveau Départemental en assimilant la diversité des exercices en Seine Saint-Denis.

BULLETIN UNION 93 – OCTOBRE 2020

Où va la caisse ???

 

L’assurance maladie semble rentrée en « transe covid »

Face à l’échec retentissant de son « stopcovid » (où est d’ailleurs l’évaluation de son coût ???)

  • Elle prescrit désormais les arrêts de travail
  • Elle « laisse » les renouvellements de ces AT aux médecins de ville…
  • Elle assure un suivi téléphonique des patients comme elle le faisait déjà pour le diabète…
  • Elle prescrit par téléphone et va bientôt (j’en prends le pari), gérer les vaccinations covid dont on peut d’emblée prévoir l’échec à venir et le coût exorbitant non pas du vaccin lui-même mais de l’organisation de sa distribution
  • Elle s’implique dans la mise en place des stages d’internes ???

Ou est donc passée la liberté de choix des patients

Tout cela pose des questions d’éthique majeures !!

Mais rassurons-nous ! La sécu reste difficile à joindre 8 heures /jr et impossible à joindre les 16 heures restantes

  • Enfin, elle se raidit à l’occasion des discussions conventionnelles en cours sur le refus de modifier les tarifs de consultation au bénéfice des forfaits en tout genre et du corsetage par ce biais de l’exercice médical

 

Mais ou va donc la caisse ???

Souhaite-t-elle la fin de la médecine libérale (90% des actes dans le 93) et pense-t-elle que la crise épidémique qui s’installe, couplée à la lassitude des professionnels va faciliter la transformation complète du système de santé tant attendue par nos fonctionnaires ?

 

Nous pensons, à UNION 93, qu’elle espère en effet gagner cette bataille et cela aux dépens des professionnels comme des patients

Nous, médecins sommes les seuls à pouvoir limiter cette ambition néfaste !

Encore faudrait-il que les confrères soient d’accord pour se rassembler pour réfléchir et se battre contre ces objectifs…

 

UNION 93 (syndicat majoritaire et unitaire du 93) voit ses rangs se renforcer avec l’arrivée d’Avenir Spé dans notre syndicat Départemental et ouvre ainsi plus grand sa porte aux spé d’organe installés en cabinet ainsi qu’à ceux qui travaillent en établissement et qui désirent discuter, s’organiser et si possible se battre contre ces orientations néfastes

 

 

ADHÉREZ A UNION 93

                                                                                                                Le Président,

                                                                                             Dr T. GOMBEAUD

 

 

Publié dans Actualités, Bulletins
10 septembre 2020

BULLETIN UNION 93 – SEPTEMBRE 2020

PAIES TON MASQUE ET TAIS TOI !!

 

La rentrée débute comme prévu…
Les professionnels de sante sont invités à « prendre leurs responsabilités » (comme les parents d’élèves d’ailleurs)
Nous sommes donc censés assurer le paiement de ces masques destinés à nous protéger (ainsi que les patients) dès le 3 octobre

Peut-être vont-ils tolérer la déductibilité fiscale de ces dépenses !!! Dis merci au ministre…

Pendant la phase aiguë du COVID les médecins ont, en partie, pris l’autorité sur les tutelles
Cela a joué un rôle important dans le contrôle de la première vague
Cette période semble se terminer..
Et les vieilles habitudes remontent à la surface.

  • Le Ségur a, comme prévu été une pantalonnade, y compris pour les personnels hospitaliers qui revalorisés d’environ 10% verront augmenter leur épuisement par la poursuite de la baisse du nombre de lits permettant le financement de cette augmentation de salaire.
  • Le Ségur n’a apporté aucune solution pour la ville, laissant ce volet aux négociations conventionnelles qui vont débuter à l’automne ;
    Cependant la reprise en main que nous constatons n’augure rien de favorable*
    Les exigences sont claires :

POUR LES MG

  • Une consultation à 50€
  • Une visite à 70€
  • Une valorisation des consultations non programmées
  • Ainsi que des actes de prévention

POUR LES SPÉCIALISTES D’ORGANE

  • Une vraie stratégie de financement valorisant l’expertise et la pertinence des actes notamment techniques dont la valeur en chiffres absolus diminue depuis 15 ans !!*
  • Une remise à plat de l’exercice des spécialistes**

POUR LES SPÉCIALISTES EN ETABLISSEMENT

  • Une protection renforcée des médecins concernant les contrats qui les lient aux établissement de soins privés. La concentration financière en cours de ces derniers n’arrangent pas les choses*

 

Ces batailles à venir nécessitent de la part des professionnels une rentrée combative.

L’Assemblée Générale d’UNION 93 repoussée de quelques semaines du fait des restrictions liées à la situation sanitaire sera, à l’automne, un élément important de la démonstration de la combativité des médecins du Département.

 

ADHÉREZ A UNION 93

                                                                                                                Le Président,

                                                                                             Dr T. GOMBEAUD

 

*cf à ce sujet le fascicule édité par l’URPS et l’Ordre des médecins sur le site UNION 93.
**cf à ce sujet la position d’Avenir spé.

Publié dans Actualités, Bulletins
4 septembre 2020

Diabète, place des nouvelles thérapeutiques : Espoir et échec

Les nouvelles thérapeutiques (analogue de la GLP1 et Gliflozines) pour une meilleure observance

Intervenants : Dr Michael NEMORIN

 

Pour vous inscrire :

Formulaire d’inscription Interne

Formulaire d’inscription Visioconférence

Notre formation peut être suivie à distance. Un mot de passe vous sera transmis par mail pour pouvoir participer à celle-ci.

 

Pour participer à notre réunion en visio :

Elle se déroulera en 2 parties de 40 minutes.

 

1ère Partie 

ID de réunion 73657711316
Sujet Diabète, place des nouvelles thérapeutiques : Espoir et échec - 1ère Partie
Statut de la réunion Waiting - Not started

Une actualisation est nécessaire pour modifier le statut.

Heure de début jeudi nov. 12, 2020 21:00
Fuseau horaire Europe/Paris
Durée 40
Joignez-vous à la réunion via l'application Zoom Rejoindre
Inscrivez-vous via votre navigateur web Rejoindre

 

2nd Partie 

ID de réunion 77894023905
Sujet Diabète, place des nouvelles thérapeutiques : Espoir et échec - 2nd Partie
Statut de la réunion Waiting - Not started

Une actualisation est nécessaire pour modifier le statut.

Heure de début jeudi nov. 12, 2020 21:45
Fuseau horaire Europe/Paris
Durée 40
Joignez-vous à la réunion via l'application Zoom Rejoindre
Inscrivez-vous via votre navigateur web Rejoindre

 

Questions

ID de réunion 73645810714
Sujet Diabète, place des nouvelles thérapeutiques : Espoir et échec - Questions
Statut de la réunion Waiting - Not started

Une actualisation est nécessaire pour modifier le statut.

Heure de début jeudi nov. 12, 2020 22:30
Fuseau horaire Europe/Paris
Durée 40
Joignez-vous à la réunion via l'application Zoom Rejoindre
Inscrivez-vous via votre navigateur web Rejoindre
Publié dans Non classé